© Estate of Jean-Michel Basquiat Licensed by Artestar, New York © Fondation Louis Vuitton / Marc Domage

© Estate of Jean-Michel Basquiat Licensed by Artestar, New York © Fondation Louis Vuitton / Marc Domage

Basquiat : c’est quoi ces gribouillages ?

Du 3 octobre 2018 au 14 janvier 2019, la Fondation Louis Vuitton expose 120 œuvres de Jean-Michel Basquiat, réalisées entre 1980 et 1988.

Nous pénétrons dans la première salle de l’exposition, lumineuse. Les toiles, aux dimensions murales, sont des explosions de couleurs chamarrées, contrastées par des traits et des aplats noirs très denses. Une énergie incroyable ! Je cherche du regard un commencement, un repère spatial dans cette immensité colorée, lorsque j’entends la voix de ma fille, 4 ans, interloquée qui nous dit :

C’est quoi ces gribouillages ? C’est nul ! Et en plus, il dépasse !
– Tu sais, ma chérie, les artistes ont le droit de dépasser, de ne pas faire de traits même parfois. Les couleurs, les formes, les mots, les traits sont parfois plus importants que de ne pas dépasser. L’artiste qu’on vient voir s’appelle Basquiat. Prends le temps de regarder, de trouver les dessins dans ses toiles… Ah tiens, regarde sur celui-là, tu vois le dinosaure avec sa couronne ? Et le petit vélo ? L’avion ?
– 
 Ah oui ! Mais pourquoi il dessine comme un enfant ?
Tu as raison ma puce, on dirait parfois…

Je m’interroge alors et prends le temps de comparer sur les toiles ce qui ressemble à des dessins d’enfant, la voix de l’innocence et des interrogations ? En contradiction peut-être avec des traits plus durs, ceux d’un adulte parfois en colère ; la voix des revendications ? C’est justement ce qui m’interpelle dans l’œuvre de Basquiat, ce qui ressemble à un dialogue, parfois dans la violence, entre plusieurs voix sur la toile, les murs, les portes, les palettes… Des voix de révolte. Des voix qui manifestent, crient, pleurent, affrontent. Des voix d’enfants. Et souvent, la voix du roi, celle du peintre, la voix qui dirige toutes les autres voix pour les unifier et donner sens à l’œuvre. Représenté par une couronne, présente dans la signature de l’artiste et sur beaucoup de ses toiles, cette représentation du pouvoir est souvent dessinée en haut du tableau ou d’un personnage, d’un animal ou d’un objet, comme au-dessus des autres voix représentées. Basquiat est le roi, le porte-parole des opprimés et tout à la fois le roi des oppresseurs, celui qui fait plier même les tyrans qu’ils soient d’Afrique ou d’Amérique. Sur ses toiles, l’artiste n’y subit aucune oppression, aucune soumission, aucune ségrégation. Au contraire, il la condamne, sans appel. Il est celui qui dénonce et punit à la fois.

Untitled – 1981 © Jean-Michel Basquiat

Même si certains dessins semblent parfois enfantins dans ses œuvres, le propos lui, ne l’est jamais. Loin d’être naïf, il permet au contraire d’exprimer toutes les interrogations que ne se permettraient pas les adultes, trop formatés à respecter les règles. L’enfant lui, s’interroge toujours à haute voix dont le trait prend vie grâce à l’artiste !

Des graffitis sur les murs de Brooklyn jusqu’aux œuvres exposées dans les musées new-yorkais, Basquiat a exploré tous les supports et les techniques comme l’acrylique, la peinture aérosol, le crayon gras…, à la croisée de plusieurs courants artistiques, dans une mouvance « underground » qui l’a placé au plus près de la rue, des gens, dans leurs différences, leur mixité ethnique et culturelle, leur richesse aussi. Basquiat s’est fait l’écho, le témoin engagé du peuple afro-américain dans une Amérique aussi complexe et impitoyable que créative et édifiante. Son œuvre est pour moi un électrochoc qui remue en profondeur, une source d’énergie(s) pour se régénérer avec force et vigueur.

A la sortie de l’exposition, j’ai reposé la question à ma fille : « Est-ce qu’il y a des dessins qui t’ont plu ? » Elle m’a répondu : « Pas vraiment. Je préfère aller au parc. ». Nous avons souri, en nous disant qu’un jour, elle se dirait peut-être « Ce mec est génial ! ». Et nous avons continué l’après-midi au Jardin d’Acclimatation. Une belle journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *